L’art de maîtriser l’inflation

Les marchés actions ont poursuivi leur progression jusqu’à la publication du rapport de l’emploi aux Etats-Unis fin janvier. Ce dernier faisait état d’une hausse des salaires qui a poussé l’inflation à la hausse.

Ainsi, les Taux américains à 10 ans sont passés de 2.4% fin décembre è 2.7% fin janvier pour atteindre 2.8% actuellement. Dans le même temps, les marchés américains qui affichaient une performance de +5.6% en dollar sur ce début d’année ( 3% pour l’Eurostoxx) ont perdu leur avance en 10 séances de bourse. Cette baisse a été amplifiée par des débouclements de positions vendeuses sur les produits investissant dans la volatilité des marchés.

Néanmoins, dans ce contexte, les indicateurs traditionnels de stress comme l’or ou le Franc Suisse n’ont que peu varié.

Par ailleurs, les publications de résultats et les indicateurs macroéconomiques restent très bien orientés è l’instar du FMI qui révise à la hausse les prévisions de croissance européenne à 2.2% pour 2018.

Tant que l’inflation reste contenue autour de 2% (dernier chiffre publié aujourd’hui à 2.1% en janvier aux Etats-Unis en rythme annuel) avec des Banques Centrales toujours accommodantes et réactives, nous restons positifs sur les perspectives économiques pour 2018.

En effet, les catalyseurs demeurent solides :

Aux Etats-Unis, le programme d’infrastructures de Donald Trump porté à 1 500 milliards de dollars sur 10 ans va être non seulement bénéfique pour des secteurs comme la construction ou l’immobilier mais aussi pour la croissance domestique en général.
Les sociétés américaines et européennes affichent une dynamique positive de leurs bénéfices avec 13% de croissance en moyenne des résultats aux Etats-Unis.
Le secteur financier bénéficiera pleinement de la hausse des taux au cours de l’année. Les valeurs technologiques, malgré leurs valorisations élevées, continuent d’afficher des taux de croissance insolents au regard de ceux de l’économie traditionnelle.
Le secteur financier bénéficiera pleinement de la hausse des taux au cours de l’année. Les valeurs technologiques, malgré leurs valorisations élevées, continuent d’afficher des taux de croissance insolents au regard de ceux de l’économie traditionnelle.

Certains éléments doivent néanmoins être surveillés de près :

Le résultat des élections italiennes au printemps
Le rythme de hausse de taux mené par la FED ne doit pas entraver la croissance
La géopolitique mondiale reste soumise en partie aux tweets et humeurs de Monsieur Trump
En conséquence, le choix de titres devient plus déterminant et peut être sanctionné fortement au regard des valorisations actuelles élevées.

Nous avons réalisé de nombreux arbitrages entre différentes parts d’OPCVM pour bénéficier d’une baisse des frais de gestion è l’occasion de la création de « Clean Share ». Ces nouveaux compartiments ont été créés par les Sociétés de Gestion pour répondre è la nouvelle directive MIF2.

L’inflation tant espérée et crainte è la fois devient un indicateur qui focalisera le regard des investisseurs dans les prochains mois. Le bon dosage est è trouver et devient le défi de Jerome Powell, nouvel homme fort aux manettes de la Banque Centrale américaine.

Aymeric DIDAY
Directeur de la Gestion sous Mandat