Le mot du Gérant

 

29 octobre 2019 à 11h

 

Retour aux fondamentaux

Si nous mettons de côté la géopolitique qui est par nature imprévisible et dont les éléments sont actuellement très anxiogènes, nous pouvons analyser l’évolution récente des marchés sous un angle économique.
Deux éléments fondamentaux ont guidé les marchés depuis 18 mois avec un impact grandissant : les résultats des entreprises et l’allocation des flux financiers.
La croissance américaine portée par la consommation intérieure a permis aux sociétés US de croître ces dernières années avec des taux élevés souvent largement supérieurs à ceux affichés en zone Euro. Les investisseurs ont ainsi sectionné ces entreprises même si une partie de cette croissance est générée par de l’endettement destiné au rachat d’actions. Nous avons donc investi dans des sociétés comme Microsoft, Amazon, ou encore Walt Disney, qui ont une nouvelle fois profité de cet environnement favorable.
En Europe, bien que la croissance soit moins soutenue, des entreprises de premier plan ont su tirer profit de la bonne tenue de la consommation mondiale. Les sociétés du secteur du luxe comme LVMH, Kering, ou encore Hermès en sont des exemples probants. Leurs niveaux de croissance et de marges restent robustes malgré un environnement compliqué dans certaines zones comme Hong Kong.
Le second facteur d’évolution récente des marchés a été le sujet des flux d’investissement. En effet, il ne suffit pas d’investir dans une entreprise peu chère affichant une belle croissance pour faire monter son cours de bourse. Il faut également que les flux des investisseurs internationaux soient convergeant vers le même secteur ou entreprise. On notera depuis de nombreux trimestres des flux vendeurs sur les valeurs « Value ». Tant que les grands acteurs de marché investiront dans des sociétés relativement chères et à forte croissance (valeurs technologiques américaines, luxe en Europe…), les valeurs Value auront bien du mal à performer. Il en va de même pour les petites capitalisations qui sous-performent largement les grandes valeurs depuis près de 2 ans. Le CAC Small affiche une performance de +5% à comparer à un CAC40 en hausse de plus de 20% depuis le début de l’année.
Ces flux sont très puissants et influencent fortement l’évolution des marchés. L’utilisation de plus en plus fréquente de trackers (ETF) explique également une partie de ces flux. Dans ce contexte, nous devons donc adapter nos choix d’investissement et être toujours plus vigilants sur ce facteur important de la prise de décision.
La poursuite de la baisse des taux menée par la FED devrait par ailleurs favoriser ces phénomènes.
Nous continuons donc pour cette fin d’année de privilégier des valeurs de qualité (Linde, Royal Dutch, Novartis…) et de croissance (Amazon, Microsoft…).

Aymeric DIDAY
Directeur de la Gestion

Achevé de rédiger à 11h00 le 29/10/2019